Appareil photo sous-marin – à quoi sert un dôme ?

Cet article détaille les propriétés du dôme que j’ai acheté pour mon équipement photo sous-marin, décrit dans cet article.

Il s’agit d’un dôme “premier prix” (140€), il ne faut pas s’attendre à quelque chose d’extraordinaire.

Voir (et donc faire des photos sous-marines) au travers d’un verre plat a un impact sur la vision, lorsque ce verre fait une séparation entre l’air et l’eau. Tout paraît 30% plus proche et plus grand. En outre lors du regard en oblique les couleurs sont légèrement séparées (effet prisme, réfraction). En photo cela se traduit par une dégradation sur les bords et dans les coins de votre cliché.

Le remède est une lentille sphérique pour que le point d’entrée de la lumière soit perpendiculaire à la séparation air/eau.

 

Mon dôme contient un verre plat sur sa face intérieure. Le volume entre le verre sphérique et le verre plat est étanche et rempli d’air. Le raccord au caisson est vissé sur une bague à filtre M67, et l’espace entre le verre plat du caisson et le verre plat du dôme est inondé d’eau.
(D’autres dômes se connectent de manière étanche sur le caisson)

L’interstice rempli d’eau n’a que peu d’impact sur la photo lorsque cette eau est limpide et sans bulles.

En présence d’impuretés, l’appareil aura tendance à régler son autofocus sur ces bulles ou ces impuretés (cliquez pour zoomer):

Rochefontaine, 23 juin 2022, Sony RX-100 IV, 1000 ISO, 1/100, f7.1

Quelques expérimentations en piscine ont permis de tirer les conclusions suivantes:

Avantages du dôme:

  • Suppression de l’aberration chromatique sur les bords due à la réfraction
  • Suppression de la déformation en coussin
  • Augmentation du champ de vision (de 30% environ)

Désavantages:

  • Eviter de laisser pénétrer de l’air dans l’espace entre le dôme et le caisson
  • Impossibilité de faire des photos réussies à la surface (mixte air/eau) pour deux raisons:
    • la mise au point sera différente dans l’air et dans l’eau, l’un sera donc flou
    • le niveau du liquide entre le dôme et le caisson est visible et ruine la photo
  • Le RX-100 IV n’est déjà pas fantastique pour la macro, mais avec le dôme on écraserait la bestiole avant d’avoir pu la photographier.
  • Les photos hors de l’eau seront à peu près toutes ratées : il y aura toujours une goutte ou un reflet sur une paroi du dôme, et l’appareil fera la mise au point sur ce défaut, plutôt que sur le sujet photographié.
  • Optique fragile et très exposée aux griffes.

Voici en images:

deux photos prises au même endroit sans changer les réglages de l’appareil, d’abord sans dôme, puis avec le dôme

Exercice “macro”, d’abord sans dôme, puis avec le dôme. Le dôme était contr la montre.

Essai air/eau, avec le dôme. La grosse ligne floue en haut de cette photo est le niveau de l’eau dans la jonction dôme/caisson. Si on laisse le niveau descendre, afin de le superposer à la ligne de surface à l’avant du dôme, la ligne de surface sera floue et la photo sera sans valeur.

Si la mise au point se fait dans l’eau, la partie “air” sera floue et vice-versa.

 

Appareil photo sous-marin

Post original le 19 janvier 2019. Modifié le 18 mai 2022. Modifié le 8 juin 2022.

Lors de mon précédent voyage de plongée, j’ai eu la mauvaise surprise de voir mon appareil photo noyé dans l’eau de mer qui s’est engouffrée dans le caisson.

R.I.P mon bon vieux Panasonic Lumix TZ10. Il m’a rendu de bons et loyaux services pendant 7 ans. J’ai beaucoup apprécié son zoom qui allait d’un super grand-angle à un super télé-objectif. je serais tenté de dire en équivalent 24×36 : 24mm à 600mm de focale.

En 7 ans de temps le marché a évolué.

Les appareils compacts de milieu à haut de gamme sont équipés de capteurs sensiblement plus grands. Les optiques des zooms doivent donc être plus longues dans une proportion égale. Ou bien on diminue la performance des zooms et on revient à des “petits zooms” comparables à des 28-80.

En outre les fabricants d’appareils photo semblent avoir cessé de produire des caissons étanches à un prix serré. Bien que… Sony est toujours présent.

Mon choix s’est porté sur la combinaison suivante:

  • Appareil photo Sony RX-100 IV
  • Batteries et chargeur supplémentaires
  • Caisson étanche Meikon
  • Phare
  • Batteries Li-ion et chargeur pour le phare

Voyons en détail et en photos

Appareil photo Sony RX-100 IV

Cet appareil avec un capteur de 1″ est sorti sur le marché en 2015 à un prix dépassant allègrement les 1000€. Je l’ai trouvé à un prix avoisinant les 600€. Le marchand se trouvant à l’autre bout du monde, j’ignore si je pourrais faire jouer la garantie en cas de pépin. Etant vendu en NTSC (surprise !) on peut le basculer en PAL, avec une contrainte: à chaque allumage un message vous le rappelle et il faut appuyer sur OK pour pouvoir utiliser l’appareil. D’après Sony c’est intentionnel pour protéger les marchés territoriaux. En grattant Youtube on trouve une application pour modifier quelques réglages non documentés, dont celui de ne plus afficher cette alerte.


Batteries et chargeur supplémentaires

L’appareil photo est fourni avec un petit chargeur à relier à l’appareil via un câble USB ; pendant la charge l’appareil n’est donc pas utilisable. Ceci ne m’arrange pas. J’ai donc acheté un petit chargeur séparé avec 2 batteries de rechange. Il faut le connecter à un USB 5V ce qui est commun aujourd’hui.

 

 

Caisson Meikon



Ici c’est un quitte ou double. Ce caisson d’origine chinoise certifié pour 40 mètres coûte le prix incroyable de 135 euros. L’avenir dira si j’aurai à le regretter. Toutes les commandes de l’appareil sont accessibles. La construction a l’air bien réalisée. Il y a deux orifices pour introduire des fibres optiques pour flashs externes.

[Edit mai 2022: ayant eu 2 fois une toute petite infiltration d’eau (eau douce heureusement), ce caisson va voler à la poubelle. J’avais dit “quitte ou double”, ce sera quitte. ]

Je le remplace par un authentique caisson Sony MPK-URX100A qui coûte le double, mais comme toujours, on n’en a que pour son argent.

[Edit 08 juin 2022] : Ajout d’un dôme

Voir (et donc faire des photos sous-marines) au travers d’un verre plat a un impact sur la vision, lorsque ce verre fait une séparation entre l’air et l’eau.

Le dôme que j’ai acheté se visse sur le filetage 67 mm du caisson, l’interstice entre le dôme et le caisson contient de l’eau.

Je fais une analyse plus détaillée dans cet article, photos à l’appui.

Phare

Encore un quitte ou double. J’ai acheté (en 2019) un phare qui a un air de ressemblance avec les produits Pro Mini de la marque BigBlue, Sauf qu’il a coûté 90€ et non 1000€ ou plus. J’ignore combien de lumens il fait, mais ça pète. Trois niveaux d’intensité de lumière blanche avec ajout optionnel de rouge ou de bleu. Un détail: pas de batteries, pas de chargeur, fixation avec boule de 1 pouce.

[Edit 08 juin 2022] : Ajout d’un deuxième phare et fixations supplémentaires.

 

A l’usage il apparaît que les phares sont trop lourds pour que les “boas” restent dans la position qui leur a été imposée. On va donc faire une pesée sur la balance de cuisine:

  • chaque phare avec ses batteries pèse 585 grammes
  • en plongeant un phare dans un récipient rempli à ras-bord: 310 grammes d’eau ont débordé
  • Différence (merci Archimède) par phare, il faut 275 grammes de flottaison pour être en équilibre.

En attendant mieux, je vais bricoler avec de la mousse polyethylène récupérée d’un emballage. Pour chaque phare, 5x5x11 cm=275 cm³. Ca va sûrement s’écraser, on verra à 40 mètres ce que ça donne…

 

Batteries Li-ion et chargeur pour le phare


Chaque phare nécessite 4 batteries Li-ion de modèle 16650. Ce modèle devient assez standard. C’était l’occasion d’acquérir aussi un chargeur intelligent. Pour être certain que le pôle (+) de l’accu touche l’anneau de cuivre du phare, j’ai appliqué une petite goutte de soudure sur chaque accu. Les accus travaillent tous les 4 en parallèle, c’est une très bonne chose pour ne pas se retrouver en panne d’éclairage si un des accus est faiblard par rapport aux 3 autres.

 

Shopping list:

Appareil photo
https://www.cdiscount.com/photo-numerique/appareil-photo-numerique/sony-compact-dsc-rx100-iv-noir/f-1120135-son4548736017092.html
https://www.e-infin.com/eu/item/2650/sony_cyber-shot_dsc-rx100_iv_digital_camera 545€

Chargeur et 2 batteries pour Sony
https://www.amazon.fr/gp/product/B00XKVLXWU

Caisson chinois
https://www.cdiscount.com/photo-numerique/accessoires-photo/meikon-sy-16-40m-130ft-sous-marin-caisson-etanch/f-1121129-asa4969765547846.html 135€ (disqualifié, il prend l’eau)

Caisson Sony MPK-URX100A
Environ 300€

Dôme
https://www.aliexpress.com/item/32810991228.html 120€

Phare (en 2019)
https://www.amazon.de/gp/product/B075FNW6ZL 90€

Second phare (en 2022)
https://www.amazon.fr/gp/product/B08SW8KTBN 71€

Bras articulés
https://www.amazon.fr/gp/product/B01GU34IYE 35€ pièce

Il faut encore une platine (que j’avais déjà achetée précédemment) et des pinces pour tenir tout ça ensemble.

Batteries Li-ion x4 x2
https://www.amazon.fr/gp/product/B0176HVN0A 2x 13,40€

Chargeur intelligent
https://www.amazon.fr/gp/product/B078RLHB9T 30€

 

Croisière(s) plongée en Egypte – Oceanos – Nautile Evo – SIP Plongée Bruxelles

Je vais faire un très bref compte rendu sur les deux derniers voyages plongée en 2018 et 2019 en Mer Rouge, Egypte. Ces voyages ont été organisés par notre club SIP Plongée et en particulier Pierre qui en a pris l’intiative.

2018

Sur l’ Oceanos, croisière Sud. Très chouette croisière, excellent bateau, tous les souvenirs sont dans ma tête car j’ai noyé mon Lumix le deuxième jour (et pour retourner le couteau dans la plaie nous avons eu la visite d’un Longimanus alors que mon appareil barbotait dans son caisson) . J’ai terminé la semaine en faisant quelques films sympa avec ma Gopro3.

2019

Sur le Nautile Evo, nous étions 25 plongeurs pour une dizaine de membres d’équipage et 3 instructeurs. Le groupe étant auto-encadré les instructeurs étaient plutôt des guides / conseillers quand ils nous accompagnaient sous l’eau.

Sur cette croisière BDE (Brothers-Daedalus-Elphinstone), nous avons eu des prestations au top. La météo a été très calme et nous avons pu faire nos 16 plongées. Les marteaux se sont malheureusement fait désirer.

Je vous partage quelques photos (mais pas celles montrant les autres participants, RGPD oblige). Ce sont les premières photos en voyage plongée avec mon nouvel appareil Sony RX100 (voir ici).

Après le voyage j’ai pris l’initiative de collecter et redistribuer toutes les photos que les participants ont bien voulu partager. Méthode pour corriger les heures et mettre les dates et heures dans les noms de fichier: voir ici.

 

 

Comment trouver les doublons dans un gros répertoire ?

Que ce soit de la musique, des dossiers, des images, il est parfois utile de partir à la recherche des doublons sur vos gros disques de stockage, afin de les trier et les éliminer.

Pour cela, on va utiliser un algorithme d’empreinte digitale sur chaque fichier et chercher les empreintes qui apparaissent de multiples fois.

Avec l’algorithme MD5 l’empreinte de n’importe quel fichier a toujours la même longueur de 32 caractères hexadécimaux ce qui nous suffit amplement pour cette application : 3 x 1038 combinaisons possibles (à comparer au Lotto 3 x 109 combinaisons).

Le nom des fichiers et leur date ne sont pas pris en compte pour la comparaison.

Mise en oeuvre, en utilisant Cygwin sous Windows.

1) Générer un fichier texte contenant toutes les empreintes MD5

cd /cygdrive/d/photos
find . -type f -iname "*.jpg" -exec md5sum {} \; >> ../photos.md5.txt

Le fichier va contenir des milliers de lignes semblables à celles-ci:

ffec08582acee50e888c0eb8ef0f66c2 *./g/piscine 16-02/111_1107.JPG
058985e2dcedb7a6692f3fbbecf86a91 *./g/piscine 16-02/111_1108.JPG
ed166e0b101812f8902086f4a3d1d354 *./g/piscine 16-02/111_1109.JPG
87ea7756e7dd8dbd2bd443cf179943f7 *./g/piscine 16-02/111_1110.JPG
3e2ed3ec9267119cfd234d907faff1f4 *./g/piscine 16-02/111_1111.JPG
b092ccabea875fb24725b25addb9eb5f *./g/piscine 16-02/111_1114.JPG
cb21d2e1daa65b7bb7b96d35741edb2c *./g/piscine 16-02/111_1116.JPG
41cedebb2579eb820f4545cd864c23be *./g/piscine 16-02/111_1119.JPG
3e2ed3ec9267119cfd234d907faff1f4 *./g/piscine 16-02/double_111_1111.JPG

2) La commande suivante va révéler tous les fichiers qui sont en double ou en multiples copies.

sort ../photos.md5.txt|uniq -w 32 -D|sort -k1.33|less

résultat:

3e2ed3ec9267119cfd234d907faff1f4 *./g/piscine 16-02/111_1111.JPG
3e2ed3ec9267119cfd234d907faff1f4 *./g/piscine 16-02/double_111_1111.JPG

Vous pouvez effacer toutes les copies sauf une, et ça c’est votre travail.

Explication sur les commandes utilisées:

find : trouve les fichiers correspondant au critère demandé ; le paramètre -exec ordonne d’exécuter la commande md5sum sur la liste de fichiers retournés par find.

md5sum : calcule l’empreinte md5 sur chacun des fichiers dont les noms sont passés en paramètre et l’affiche sur stdout.

sort : trie un fichier vers stdout. Aucun paramètre n’est passé donc le tri commence sur la 1è position de chaque ligne. Le fichier sera donc trié par empreinte md5.

uniq : identifie les lignes qui sont uniques ou celles qui ne le sont pas ; le paramètre -w 32 ordonne de ne prendre en compte que les 32 premières positions, c’est-à-dire l’empreinte md5. Le paramètre -D ordonne d’afficher toutes les lignes pour lesquelles le critère n’est pas unique.

sort : avec le paramètre -k1.33 ordre de trier à partir de la 33è position, donc par nom de fichier.

less : permet de naviguer dans les résultats. On pourrait aussi l’orienter vers un fichier avec > fichier.txt

Si on doit lire ce fichier sous Windows, il convient d’utiliser un autre programme que Notepad.exe (bloc-notes), par exemple Wordpad. Sinon les fins de lignes ne sont pas respectées et c’est illisible.

Photo – Balance des blancs – Panasonic Lumix TZ10

Dans un article précédent que je vous conseille de lire avant celui-ci, j’avais mis en évidence que les photos produites par mon appareil Panasonic Lumix TZ10 acheté il y a quelques années, étaient toujours plus ternes que celles produites par d’autres appareils.

J’ai récemment acquis un Olympus OM-D E-M10 MarkII et j’ai pu expérimenter en shootant une scène de jour par ciel voilé, avec les différents de mode de balance des blancs.

L’Olympus a l’avantage de produire des fichiers RAW, ce qui fait que si on a raté sa balance des blancs à la prise de vue, on peut reprendre la photo telle que le capteur l’a vue et y appliquer un autre post-traitement de son choix. Avec le Lumix, si elle est ratée, c’est fichu. Ce qui n’est pas dans la photo JPG (jpeg) est irrémédiablement perdu.

Voici les différentes photos avec un bref commentaire. Vous pouvez cliquer sur chacune des photos pour l’avoir en résolution d’origine. Les onglets ainsi ouverts peuvent être fermés avec control-W.

L’arbre au centre est un érable japonais nain, il commence juste à prendre les couleurs de l’automne. (A l’heure d’écrire cet article il est devenu tout rouge).

La conclusion ? Eviter à tout pris le mode AUTO du Lumix. Préférer les réglages manuels SOLEIL/OMBRE/ARTIFICIEL qui ont un rendu des couleurs plus agréable.

l1-auto

A gauche le Lumix TZ10 en mode balance des blancs AUTO

 

 

 

 

A droite l’Olympus en mode balance des blancs AUTO

 

 

 

 


l2-soleilLumix en mode SOLEIL

 

 

 

 

 

Olympus en mode SOLEIL

 

 

 

 

 


l3-nuageuxLumix en mode NUAGEUX

 

 

 

 

 

Olympus en mode NUAGEUX

 

 

 

 

 


l4-soleil-et-ombreLumix en mode soleil ombragé

 

 

 

 

 

Olympus en mode soleil ombragé

 

 

 


Il reste quelques modes différents que je ne vais pas mettre en comparaison

l5-artificiel-bulbLumix en mode éclairage artificiel à incandescence

 

 

 

 

Olympus en mode éclairage
artificiel à incandescence

 

 

 

 

 

 

Olympus en mode éclairage artificiel au néon

 

 

 

 

 

Et puis on peut jouer aussi bien avec un appareil qu’avec l’autre, par exemple en forçant le blanc sur base d’un objet vert pomme comme référence…

 

 

 

Photo macro: comparaison du Panasonic Lumix TZ10 et de l’Olympus OM-D E-M10 Mark II

Tout d’abord, quelle dénomination barbare chez Olympus ! Ils ne pourraient pas faire plus simple que “OM-D E-M10 Mark II”, non ?

Je vais donc mettre en comparaison deux appareils d’âge et de qualité différents.

Il y a 5 ans j’achetais un compact “superzoom” Panasonic Lumix TZ10 et son caisson étanche jusqu’à 40 mètres pour la plongée (MCTZ10).  Il fonctionne toujours parfaitement bien. Cependant je reste un peu déçu par la qualité globale des photos.

La balance des blancs automatique du Lumix est assez mal gérée. J’ai fait un article à ce sujet. Mais surtout, il s’agit d’un appareil avec un capteur d’assez petites dimensions, et ça laisse assez peu de place à la création de flou. A ouverture égale un bon appareil reflex offrira un flou beaucoup plus artistique pour les avants-plans et les arrière-plans.

Cette année j’ai fait l’acquisition de l’appareil Olympus E-10 Mark II avec un petit zoom et un grand zoom. Cet appareil de la gamme des hybrides a presque toutes les propriétés d’un appareil reflex 24×36. Tout est réduit de moitié, la taille du capteur, la distance focale, mais aussi le poids et la dimension de l’appareil. Il est doté d’une panoplie de réglages et modes de fonctionnement qui pourraient dérouter les néophytes. Le manuel fait 170 pages et les instructions sont denses. Impossible de résumer toutes les possibilités dans cet article.

Avec les deux appareils, j’ai calé l’ouverture au maximum f4.0 ou f4.5 pour la suite des photos. J’ai ciblé ce reportage sur un scénario de macro photo, d’abord shooté de très près, et ensuite à environ un mètre, en utilisant les zooms à leur pleine puissance.

Suivent les photos. Lorsque vous cliquez dessus celles-ci s’ouvrent dans un nouvel onglet. Elles sont en pleine résolution 12 ou 16 MPix, cliquez sur le détail que vous voulez voir. La séquence control-W ferme toujours l’onglet courant.


Le Lumix TZ10 est annoncé avec un zoom optique 12x. Le voici avec son caisson étanche.

p1060337_edp1060344

 

L’Olympus E-10 Mark-II et ses deux zooms 14-42 mm et 40-150 mm

p1080145


La mise en scène pour la macrophotographie a consisté à disposer quelques objets glanés ça et là et faire un éclairage avec une lampe de poche à LED blanches. Un premier shooting de très près: le Lumix permet de se rapprocher très près:

19-211824_lumix_tz10_p1080570

encore plus près: 3 centimètres environ

o19-211907_lumix_tz10_p1080572


La même scène avec l’Olympus:

19-211707_lumix_tz10_p1080567

La mise au point sur l’objet est très importante. Comparez bien les trois photos qui sont très semblables.

On voit la supériorité de la qualité de l’image par rapport au Lumix, mais on ne peut pas se rapprocher autant.


Pour le shooting suivant je me suis placé à environ un mètre de la scène, ce qui est la distance minimum pour pouvoir utiliser les zooms au grossissement maximum de la fonction téléobjectif.

D’abord avec le Lumix en grand angle et ensuite en télé

19-212053_lumix_tz10_p108057519-212112_lumix_tz10_p1080576

Ensuite avec l’Olympus. Il n’est pas possible de couvrir la gamme de focales avec un seul objectif. D’abord avec le petit zoom:

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis on change d’optique et on va de la focale la plus courte à la plus longue:

OLYMPUS DIGITAL CAMERA19-212425_lumix_tz10_p1080583

Avec ce téléobjectif, bien cibler le spot de mise au point !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


Enfin pour la synchro des appareils qui n’étaient évidemment pas la même heure, je vous renvoie à mon article dédié à cette question

clipboard-1-lumixl

19-212519_lumix_tz10_p1080584

Compilation chronologique de photos provenant de plusieurs photographes ou appareils

A la fin d’un voyage ou évènement, on peut trouver agréable de visionner toutes les photos dans l’ordre chronologique, quelle que soit la personne qui a pris la photo, quel que soit l’appareil utilisé.

Je vais utiliser 2 logiciels freeware pour ce faire:

  • xnview pour corriger les heures lorsque l’appareil n’était pas à l’heure, ainsi que pour remettre les photos dans la bonne orientation
  • renexif pour renommer les fichiers à la volée.

A la fin, on obtient toutes les photos dans un seul répertoire, celles-ci étant dans l’ordre chronologique quand on les trie par nom.

Avant de commencer les manipulations, je recommande de prendre une copie de sécurité de toutes vos photos.

En général les téléphones sont à l’heure. Ils reçoivent l’heure exacte par internet ou par les satellites GPS et peuvent se calibrer automatiquement.

Par contre, les appareils photos sont restés à l’heure d’hiver quand on est en été, ou le contraire, ou bien ils sont à l’heure de Bruxelles quand on se trouve à Pointe-à-Pitre. Le tout assaisonné de quelques minutes et secondes de dérive.

On sera bien avisé de mettre une montre à l’heure exacte au cours du séjour et de faire une photo de cette montre avec chacun des appareils photos. Ainsi il sera possible de calculer la différence de temps entre la montre et l’heure enregistrée dans la photo. Excel est très doué pour faire des soustractions de dates. Toutes les photos de l’appareil en question devront subir la même addition ou soustraction de temps.

C’est ici que xnview intervient. Ouvrir le répertoire avec les photos de cet appareil, sélectionner toutes les photos (et rien que des photos .JPG) et ouvrir le dialogue suivant: Tools > Change Timestamp…

Dans l’exemple ci-dessous on va ajouter zéro jour, zéro heure, une minute et cinq secondes aux deux photos sélectionnées. L’heure de référence est le champ EXIF “Date Taken” et la nouvelle heure sera écrite dans les trois champs Date Taken, Date Digitized et Date Modified.

En cliquant sur les captures d’écran, celles-ci s’ouvrent dans un nouvel onglet, et la combinaison de touches control-W permet de fermet un onglet.

21092016_114233
21092016_114426

On peut profiter d’avoir xnview ouvert pour remettre toutes les photos dans la bonne orientation.

Les sélectionner (ne sélectionner que des .JPG), et depuis le même menu Tools > JPEG Lossless transformations > Rotate based on EXIF value

21092016_114534A ce stade il faut faire un choix quant au format souhaité pour les noms des fichiers.

Quand il y a plusieurs photographes et qu’on veut leur octroyer le crédit de leurs photos, on peut mettre leur nom ou leurs initiales dans les noms de fichiers.

Exemple: 20160921-213456_FDM_IMG12345.JPG pour une photo de FDM dont le nom original était IMG12345.JPG.

On va exécuter RenExif séparément pour les photos de chacun des photographes. Utiliser le bouton “Search” pour sélectionner le bon répertoire, sélectionner le format souhaité et cliquer sur “Run RenExif”.

21092016_114919Voyez le modèle de réécriture du nom de fichier avec _FDM_ dans le format.

Après les différents RenExif, regrouper toutes les photos dans un seul et même répertoire.

Si on ne tient pas à mettre les initiales du photographe, on peut d’abord mettre toutes les photos ensemble, et puis lancer RenExif pour tout traiter en un seul lot.

Le résultat est semblable à ceci

21092016_115113On a maintenant toutes les photos dans l’ordre chronologique quand on les trie par leur nom.